Tag Archives: CEED

023 – JUGENDAMT: a legal license to lie and to deceit. It’s official.

a-license-to-lie

The procedural document hereunder has been issued by the Chief Public Prosecutor (General Attorney) of Berlin, as a reply to a parent who lodged a complaint against the German Jugendamt (You-Guenn-Taamt), that has made false statements to tear him his child. This document should be understood as an universal evidence, that a Jugendamt can lie and deceive any parent, without having to fear any legal action. 

Let’s see what he said:

In addition, it must be observed that:
The incriminated person (the staff member of the Jugendamt which made a deliberate false statement) could not be charged of having committed a criminal offense whilst making a false statement before the Court, without having taken an oath, for the very single reason, that she has not been heard by the Family Court neither as a witness, nor as an expert, but as a party in its capacity as the German Jugendamt.

According to paragraph §153 of the (German) criminal code (StGB), whosoever makes a false statement before a court, without having taken an oath, in his capacity as a witness or as an expert shall be liable to criminal prosecution.

According to paragraph §162 of the civil procedure code in family matters and in matters of voluntary (non-contentious) jurisdiction (FamFG), the Jugendamt is party in any child care (- the peculiar German understanding of child custody -) legal proceedings. The Jugendamt must be heard by the Court in any proceedings, when the person of the child is concerned. The incriminated person was heard precisely in her function as a Jugendamt’s representative. An extension of criminal offense alleged beyond the existing legal framework is not possible.”

Let us put it now in simple words !

In Germany any witness or expert can be prosecuted, if he makes a false statement in court. The Jugendamt, which has all the powers and immunities, can shamelessly lie or make consciously wrong declarations, without never being set at risk to be prosecuted.

Even worse, the Jugendamt is systematically involved in any proceedings in family matters as a capacity as a third party, that means as a third parent, a State parent, which has full authority on the children, while proceedings are ongoing.

Thus the Chief Public Prosecutor of Berlin provides us here with the indubitable evidence that all  family law proceedings are systematically MANIPULATED in Germany, while there are no legal remedies to challenge it. But he also states that parents are deprived of their parental rights, that are taken over by the Jugendamt, to conduct the trial on their behalf.

This also confirms what I affirm since years: The Jugendamt makes a political decision, according to predefined guidelines obligatorily followed by its whole staff, on the basis of unreal facts or untrue assertions, which it sets up to a recommandation that the court has the duty to legalize.

Here we got it ! Thus, do not waste your time before German courts.
You will never obtain justice. It is as simple as that. It is OFFICIAL.

This information should be taken immediately into account by the non-German governments and the European bodies to impose the immediate suspension of the recognition and fullfilment of any German court order over european regulations.

Please do not forget to share this important information.
It explains in very few lines the plunder policy of non-German parents by the Jugendamt in Germany.

The original document has been intitled:
“legalized false statements – §162 for the protection of the Jugendamt staff members”

generalstaatsanwaltschaft

z

019 – Le JUGENDAMT truque les procès familiaux pour voler les enfants. Il échappe à toute sanction pénale. La preuve.

Traduction et explications de l’original ci-dessous
Voilà ce qu’écrit le Parquet Général de Berlin à un parent qui se plaint des faux témoignages fait par le Jugendamt pour lui voler son enfant:
“En complément je note que:  L’accusée (le monstre du Jugendamt) ne pouvait pas avoir commis un délit de faux témoignage hors serment déjà rien que par le fait qu’elle a été entendue par le tribunal local non pas en qualité de témoin, ni en qualité d’expert, mais pour le compte du Jugendamt, en qualité de partie prenante.

Selon l’article 153 du code pénal, ne peut faire l’objet de poursuites que celui qui en qualité de témoin ou d’expert fait une fausse déposition devant le tribunal.

En vertu de l’art. 162 de la loi sur les procédures en matière d’affaires familiales et des affaires de procédures de juridiction gracieuse, le Jugendamt est partie prenante dans les procédures portant sur “le droit de soin” des enfants. Le Tribunal doit entendre le Jugendamt dans les affaires relatives à l’enfant. C’est dans cette fonction que l’accusée a été entendue. Une extension de la qualification du chef d’accusation au dehors du cadre législatif est impossible.”

Comprenons bien ce que cela veut dire;
un témoin ou un expert peut être poursuivi pénalement, s’il fait de fausse dépositions devant un tribunal.
Le Jugendamt lui peut se permettre n’importe quel type d’allégations mensongères, il n’est jamais poursuivi de quelque manière que ce soit.

Pire, il intervient systématiquement en qualité de troisième parent, parent d’Etat dépositaire de tous les droits, dans toute procédure familiale.

Le Parquet de Berlin nous apporte la preuve que tous les procès sont TRUQUES en Allemagne et qu’il est impossible d’y apporter remède par les voies judiciaires.

Ceci confirme également ce que j’affirme depuis des années:
Le Jugendamt rend une décision politique, sur la base de faits ou d’affirmations mensongères, que les tribunaux ont pour obligation de légaliser.

Ne perdez donc pas votre temps devant les tribunaux allemands vous n’obtiendrez jamais justice. C’est aussi simple que cela.

Cette information devrait être prise immédiatement en considération par les gouvernements non-allemands et les organes européens pour imposer la suspension immédiate de la reconnaissance de toute décision judiciaire allemande.

Voilà n’oubliez pas de relayer cette information.
Elle explique simplement en quelques lignes toute la politique de spoliation des non-allemands par le Jugendamt en Allemagne.

Olivier Karrer
Nov 2016
CEED Paris

generalstaatsanwaltschaft

 

018 – JUGENDAMT, AGJ eV, NSdAP

Aussage:
“In Polen gelten Deutschland und Oesterreich als moderne Staaten. Niemand wuerde je vermuten, was sich das Jugendamt leistet und welche Menschenrechtsverstoesse stattfinden. Das Anbeterbild ist korrekt. Auch deutsche Eltern erleben ihr blaues Wunder erst durch den Kontakt zur Justiz und dem Jugendamt. Niemand durchschaut es. Das ist die staerke des Systems.”

Erläuterung:
In Italien und Frankreich gilt Deutschland als ein Modell Staat. Es wird stets auf seine niedrige Arbeitslosenrate hingewiesen, wobei diese auf eine gute Wirtschaftsführung zurückgeführt wird.
Man will nicht verstehen, dass es auf die mangelnden Kinder, Jugendlichen und junge Erwachsenen, also auf eine natürliche Konsequenz einer katastrophalen Familienpolitik zurückzuführen ist;
Keine Kinder heute bedeutet keine Arbeitskräfte morgen.
So ist die deutsche Elite dazu übergangen ihr FamilienjustizSYSTEM (Jugendamt und Gerichte) als Arbeitskraftbeschaffunginstrument zu misbrauchen:
Kinder der Ausländer oder der Deutschen mit Migrationshintergrund in erster oder zweiter Generation (häufig aus der DDR auch) werden regelrecht geklaut.

Von reinen Deutschen werden die Kinder gestohlen,wenn sie Vermögen (Immobilie, Erbschaft) im Hintergrund haben. Aber auch wenn sie sich der engstirnigen Politik ihrer Lokalpolitiker (zum Beispiel Schule) widersetzen. Oder auch wenn sie aus sozialarmen Schichten stammen. In diesem Fall werden ihre Kinder auf kurz oder lang auf die zahlreichen kinderlosen AkademikerInnen “umverteilt”.

Damit wird die Arbeitskraft der Eltern, aber auch diejenige der Kinder an dem Wirtschaftsstandort Deutschland gebunden (das ist das sog. BINDUNGPRINZIP in der Familienjustiz!).

Auftraggeber des Systems ist der Bundesrat zusammen mit der Bundesregierung.
Die Aufsicht hat der Verein AGJ eV in Berlin. Die Projektumsetzung vor Ort hat das lokale Jugendamt oder genauer der Jugendhilfeausschuss der Gemeinde inne.
In diesem Gebilde hat die Justiz lediglich eine “notarielle” Funktion, dh sie setzt die politische Entscheidung des JA mit Hilfe der Verfahrenspfleger, Gutachter, Anwälte und RIchter in eine scheinbare gerechte Entscheidung um.Das ganze ist nicht “Zufall” , sondern POLITISCHER Wille des deutschen Establishment.
Fazit es nicht ein Justizproblem, sondern politischer Wille.

Anfang der 30er Jahre hatte Deutschland bei seinen Nachbarstaaten auch “Modell Charakter”. Der damalige Kanzler wurde für seine entscheidende Politik “bewundert”. Die Probleme waren ähnlich gelagert. Deutschland hatte zu wenig Kinder. So wurde die Familienpolitik (HJ, BDM) in die Hände einer politischen Organisation, der NSdAP, gelegt. Diese direkt als Stabstelle der Regierung gab direkte Weisungen auf lokalpolitische Ebene, an die Jugendhilfeausschüsse. Diese waren der Partei angeschlossen.

Es ist ganz exakt was heute mit der AGJ eV und der in Art 28-2 GG den Gemeinden (Jugendhilfeausschüsse) gesicherten Handelsautonomie geschieht.

Richter “beglaubigten” damals ihre Entscheidungen lediglich, heute macht man sich noch die Mühe Prozesse mit vielen AKteuren des deutschen Kindeswohl zu führen.
Opponenten wurden damals fügig gemacht, indem man ihnen drohte die Kinder wegzunehmen oder wegnahm. Genau wie es heute geschieht.

Massgeblich an der Umsetzung (vor Ort und Landesweit) der national-sozialistischen Idee beteiligt, war also das JUGENDAMT.

Das Jugendamt ist gestern wie heute eines der Hauptinstrumente des National-Sozialismus. Heute kann man gar von wirtschaftsnationalistischen ordosozialismus sprechen.

Personen die im Umkreis des heutigen Jugendamts arbeiten, können von sich behaupten, ohne rot zu werden, sie tragen den nazionalistischen Gedanken unter der deutschen Bevölkerung munter weiter.
Sie sind brave nette Menschen die von sich behaupten keine National-Sozialisten zu sein. Denen liegt dem Gedanken fern. Das ist der nette unscheinbare Nachbar also (der CDU, SPD, FDP oder Grüne gewählt hat), genau sowie sie damals der Grossteil der deutschen Bevölkerung empfunden wurden.
Sie machen mit, machen ihre Arbeit mit Gewissen,sind Sprachrohr ihrer lokalen Führer und Presse. Sie hören zu und denken nicht nach. Eingebunden im System merken sie nicht, dass sie dem Sytem Antrieb geben, dass das System ohne ihre stillschweigende Mitwirkung nicht fnktionnieren könnte.

Doch Kinder der anderen zu klauen, und dies obendrauf mit Hinterlist zu tun, kann niemals ein Akt der Justiz sein. Ganz egal ob der Chef es sagt. Es ist ein Verbechen deutscher Legalität.
Das deutsche Volk und seine heutigen Führer in Politik sollten sich dieser Tatsache nicht abwenden. Denn wie sagte es der grosse Deutsche Immanuel Kant?
“Aufklärung ist der Ausweg aus seiner selbstverschuldeten Unmündigkeit”.

Und wie sagte es ein anderer Kenner der deutschen Seele?
“Es gibt kein gutmütigeres, aber auch kein leichtgläubigeres Volk als das deutsche. Keine Lüge kann grob genug ersonnen werden, die Deutschen glauben sie. Um eine Parole, die man ihnen gab [dh wenn man versucht hat sie zu widersprechen, das Gegenwort zu geben], verfolgen sie ihre Landsleute mit größerer Erbitterung, als ihre wirklichen Feinde.” Das war Napoleon Bonaparte.

In der Praxis umgesetzt heisst es heute, das deutsche Volk glaubt an das Kindeswohlprinzip und an den Kinderschutz und wenn eine Person – wie ich – das  Wirtschaftswohl ÜBER die Kinder (Kind als Instrument zur Bereichung der lokalen Gemeinschaft), den nationalen Schutz der Kinder vor “Entfremdung” oder das Jugendamt und seine national-sozialistische Politik kritisiert, bekämpfen sie diese Person erbittert, anstelle ihres wahren Feindes zu erkennen; das deutsche Jugendamt und seine wirtschaftnationalistische sozialistische Fun ktion.

Olivier Karrer
November 2016
CEED Paris

011 -Jugendamt: entre mythe et mystification – Un exemple de 1941

Je m’efforce d’exposer  de manière théorique et détaillée comment et dans quel but l’entité politique Jugendamt (prononcer: You-Gaine-Tammte) agit pour s’emparer des droits de l’enfant mineur d’un parent non-allemand, notamment au travers de la mesure de la Beistandschaft  (prononcer: Bye-Stande-Tschafft). J’explique pourquoi la mission du tribunal familial allemand se résume à valider la décision politique du Jugendamt. Je ne manque jamais  de souligner l’impérieuse nécessité d’une administration de type national-socialiste pour pouvoir mettre en oeuvre une telle mesure et le comportement  implicitement criminel des juristes allemands qui l’appliquent et la cachent en toute connaissance de ses effets.

Parce que le pouvoir allemand cherche à me discréditer et que ces réalités terrifiantes dépassent de loin le pouvoir d’imagination de tout juriste et politique non-allemand, tous choqués par une telle comparaison, aujourd’hui au coeur de l’Union Européenne, je laisse aux intellectuels le soin de réfléchir à l’exactitude de mon propos au regard  du document ci-dessous, daté de 1941, donc de l’administration nationale-socialiste.

Il s’agit d’une “attestation” (Bescheinigung) rédigée le 21 juillet 1941 par le tribunal d’instance  (Amtsgericht) de la ville de Łódź, qui l’adresse au Jugendamt (plus exactement au Kreisjugendamt – c’est à dire celui des villes de plus de 100.000 habitants) de la même ville. Ce dernier le reçoit le 30 juillet, ce qu’atteste le cachet (bleu à gauche) apposé par le préposé du conseil communal (Landratsamt), service (Abteilung) Jugendamt.
Par ce document, le tribunal “atteste” (légalise) que “le Jugendamt de Litzmanstadt (Łódź en allemand) est tuteur (Vormund) de l’enfant né hors mariage le 26.06.1941 à Konstantinow, de Alicja Dwoniczak (sa mère) portant le nom de Irena Danuta Dwoniczak”. L’attestation est signée par le conseiller du tribunal d’instance (Amtsgerichtsrat)  qui n’est qu’un employé de tribunal.
reichsjugenwohlfahrt_lebensborn
L’objet est ici de voler l’enfant d’une mère étrangère non-mariée (donné à une famille d’allemands pour y être germanisé), sans même l’entendre, tout en donnant une forme de légalité à ce crime, non pas par humanité ou par moralité, mais simplement pour se parer juridiquement, si plus tard, les choses devraient mal tourner.

Le vol du mineur s’effectue ici par la voie d’une “Vormundschaft” (placement sous tutelle), une  forme plus invasive, plus radicale, que la Beistandschaft (voir: Beistandschaft), exactement comme cela se  fait aujourd’hui, avec tout juste un peu plus de discrétion.

Analysons ce document pour le comprendre !
Le tribunal “atteste” en vertu de l’article 37 de la “Reichs-Jugend-Wohlfahrt-Gesetz” (RJWG) sur simple signature de son greffier (sans aucune procédure judiciaire) une situation.

De manière logique cette attestation répond à une requête, qui lui a été adressée en ce sens. Or, le demandeur n’apparait pas. Qui est le demandeur? Le JUGENDAMT lui-même !
Et parce que le Jugendamt est le demandeur, il ne doit pas apparaître. Tout doit être fait pour laisser croire que le juge aurait transféré l’autorité parentale de l’enfant sur le JUGENDAMT  à la demande d’un tiers, voire que le Jugendamt agirait à la demande du tribunal. Or, c’est exactement le contraire qui se passe.

Aujourd’hui, rien n’est différent de la procédure de 1941. Seule la forme s’est étoffée.
Le Jugendamt reste le demandeur. C’est lui qui est à l’origine de la décision politique dissumulée sous les termes abstraits de  Beistandschaft ou de Vormundschaft, que les acteurs de justice (avocats et experts y compris) ont pour mission d’entériner “deutsch-legal”.
Il en est lui-même le bénéficiaire (il conserve le mineur dans sa juridiction, sous son contrôle politique, et fait payer l’étranger pour l’enfant qu’il lui a soustrait).
La vraie différence de nos jours, est qu’il va rechercher le père disparu, auquel il fait le chantage à la pension alimentaire, pour pouvoir l’instrumentaliser à ses fins (comme je l’explique dans le document “Beistandschaft“). Des procédures sont tenues pour la forme (tout est décidé avant même l’ouverture du débt!), faisant intervenir des experts du Kindeswohl qui au travers de compte-rendus à caractère pseudo-scientifique attesten combien un contact avec la mère se révèlerait périlleux et nocif pour le Kindeswohl (économique) des Allemands. Tout cela est bien entendu moins sauvage et permet surtout de montrer une respectabilité  vis-à-vis d’une communauté internationale qui est loin de suspecter une organisation planifiée en ce sens.

Hier comme aujourd’hui, l’intervention arbitraire et secrète du Jugendamt disparaît dans le jeu des procédures judiciaires. C’est d’ailleurs fort de cette assurance que politiques et juristes allemands peuvent claironner haut et fort, dans les toutes instances internationales, qu’un plaignant qui s’estime lésé, peut toujours saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Ils savent eux, bien sûr, que cette dernière ne statue que sur la base de décisions judiciaires et jamais sur celle de décisions administratives. Les décisions politiques du Jugendamt, qui conditionnent la décision finale, étant de nature administrative,  la Cour ne peut jamais parvenir à identifier pourquoi et comment le Gouvernement allemand viole systématiquement les droits fondamentaux des parents et des enfants. Et trompe l’ensemble de la communauté internationale. Sans même parler des greffiers de langue allemande chargés de filtrer les dossiers pour les épurer des preuves compromettantes.

Pour terminer attardons nous sur la date de ce document, le 21 juillet. Certainement un détail anodin pour tous. Pas pour qui connait la manière de procéder des Allemands modernes (ceux que l’on rencontre au Parlement Européen ou dans les conférences de juristes).

Comme je l’explique dans divers autres textes (Beistandschaft et Jugendamt) la capture des enfants s’effectue aujourd’hui (comme hier) de manière planifiée, par surprise, toujours un vendredi, à la veille du week-end, l’objet est bien-sûr d’entraver une réaction rapide des parents.
Le Jugendamt est inattaquable.Il détient des pouvoirs de police et de justice, il opère en toute autonomie (art. 28-2 GG). Il embarque donc les mineurs de sa propre initiative, souvent à l’école, toujours le vendredi (rarement un jeudi, quand son carnet de commande est plein) avec l’appui de la police et si nécessaire du médecin légiste.
Tout cela – bien sûr – sans information préalable aux parents, sans procédure, ni décision de justice, qu’il obtiendra plus tard, une fois le fait accompli.
Précisons tout de même à qui cela ne serait pas clair, que s’il agit ainsi, c’est pour bien créer le plus grand choc émotionnel possible, car la déstabilisation du parent et de l’enfant lui servira plus tard pour argumenter et motiver la justesse de sa décision inhumaine.

Puisque les politiques allemands me reprochent d’employer à tord le terme “national-socialiste” pour qualifier une telle attitude, regardons si l’administration allemande procédait de manière différente, sous le gouvernement du Chancelier Hitler.

Le 21 juillet 1941 – je me suis donné la peine de le rechercher – est comme par hasard un vendredi. Le Jugendamt a donc volé l’enfant de 1 mois à sa mère (à ses parents non-mariés) un vendredi pour qu’elle ne puisse pas réagir, qu’elle se culpabilise ou s’énerve tout le week-end. Afin de pouvoir exploiter contre sa colère ou son angoisse. Elle ne sait pas où se trouve son enfant, on ne lui donnera aucune nouvelle et surtout elle ne sait absolument pas ce qu’on lui reproche. Une situation très déstabilisante.

Le jour même de la capture, le Jugendamt demande au tribunal (par téléphone) de lui attribuer la tutelle. Celui-ci s’exécute et la lui délivre sans sourciller. 4 jours plus tard, le mardi 30 juillet, l’attestation parvient au Jugendamt, qui dès lors est devenu le “parent d’Etat” plénipotentiaire.

Le Jugendamt sait que le temps nécessaire à cette mère pour se remettre du choc émotionnel, pour trouver, consulter et dépêcher un avocat au tribunal est long. L’absence d’une requête de sa part, et concomitamment celle d’une décision judiciaire, lui permet de cacher l’enfant enlevé à une adresse tenue secrète, sans même violer la Loi.

Face à la mère décomposée qui cherche partout son enfant et qui vient supplier l’employé du Jugendamt de lui dire l’adresse où il se trouve et là où elle aurait pu fauter en tant que mère, cet employé (il s’agit s’agit toujours d’un collègue de celui qui a commis le rapt) se sera affranchi d’une quelconque responsabilité dans le rapt: C’est le juge qui a décidé!
Puis il aura fait preuve de l’insoutenable compassion et de l’incalculable impuissance, si propres à ses collègues d’aujourd’hui, pour invoquer mécaniquement, la seule et unique issue possible pour retrouver un éventuel contact (même au téléphone) avec l’enfant: La procédure judiciaire.
Précisément la procédure qui servira à judiciariser le rapt perpétré par le Jugendamt, en le couvrant du semblant de contradictoire. Inutile de préciser – j’espère – que cette mère n’aura jamais revu son enfant et que l’enfant de 1 mois au moment de sa capture n’aura jamais connu sa mère. Il portera sans aucun doute un nom allemand.

En pratique, aujourd’hui, ce qui se passe avec une mère étrangère célibataire dans l’Allemagne moderne est exactement ce qui se passait en 1941. Avec quelques nuances de formes;
Une fois l’enfant capturé par surprise, avec l’appui de la police, le Jugendamt contacte le tribunal dans le but de couvrir son crime d’une légalité toute allemande.
Une décision urgente est rendue par le juge dans le quart d’heure, sans convocation des parties, au motif d’une urgence qui n’existe pas, inventée de toutes pièces, dans le seul but de créer le fait accompli.
Il communique sa décision dans la minute au Jugendamt, soit par fax, soit par courriel.
Le motif qui justifie la décision urgente  du tribunal est généralement une mise en péril non pas du “bien-être de l’enfant” (comme cela est toujours traduit de manière erronée), mais du “bien-être de la communauté des Allemands PAR l’enfant” (Kindeswohl). Ce motif fourni par le Jugenamt est toujours violemment accusateur de la mère étrangère et livré – bien entendu – sans preuve tangible. Ceci dans l’idée de la stimuler à réclamer elle-même l’intervention de l’expert, dont elle ne doute pas qu’il viendra la disculper. Elle ignore, bien sûr, que dans ce jeu de sadiques, juge et Jugendamt ont besoin de cet expert pour gagner le temps nécessaire à créer le fait accompli (sur lequel on ne reviendra plus) et dissimuler l’attentat qu’ils ont commis contre elle. En conséquence, c’est donc elle qui sûre de faire tomber les accusations fallacieuses Jugendamt, réclame l’intervention de celui qui viendra justifier le vol de son enfant.
La décision urgente du tribunal est connue du seul Jugendamt. Là non plus cet état de fait est dénué de toute arrière pensée. L’idée est ici de contraindre la mère à prendre elle-même l’initiative de mandater un avocat allemand, simplement pour connaitre les motifs qui ont conduit au rapt de son enfant. Mais un tel avocat a prêté serment pour défendre le principe du Kindeswohl allemand. Il ne défendra donc jamais autre chose que les droits allemands de sa cliente étrangère (ceux qui servent à la communauté des Allemands), ce qui en pratique se résume à l’accompagner aussi longtemps que possible sur le “chemin du droit allemand” (deutscher Rechtsweg) et la délester de ses économies. Ce qui par définition sert le principe économique du Kindeswohl (de l’enrichissement par l’enfant).
Dans le même registre, Jugendamt et tribunal s’utilisent réciproquement l’un et l’autre, pour exorter leur impuissance, se renvoyer mutuellement la responsabilité de la non-décision judiciaire (en l’abence de décison, aucun recours n’est possible!), se déclarer en attente de la décision de l’autre, afin ne pas statuer sans laisser transparaître  que là est précisément leur intention.

Pour terminer ce tour d’horizon plus que partiel du vice de légalité allemande, je préciserai un point de détail absolument essentiel pour comprendre comment les responsables politiques et les juristes allemands nous flouent, avec une intention délibérée de le faire;

Une mère dans la situation ici décrite, qui se rend au tribunal pour la première audience, ignore que le juge face auquel elle va se retrouver a déjà statué secrètement dans son affaire. Et que pour cette raison bien précise, il ne pourra faire autre chose que de confirmer la décision rendue à la demande du Jugendamt, le jour où celui-ci lui a volé son enfant. Il montrera alors sa grande impuissance devant des faits qui feront de lui  quasiment la victime de la procédure.
En effet, ayant déjà jugé une première fois, il ne peut pas se déjuger la seconde fois. Son travail consistera donc à transformer la décision urgente et secrète, en une décision provisoire identique dans la forme et dans le texte.
Ce qui aura pour effet immédiat de ne pas statuer et gagner le temps nécessaire à faire intervenir d’autres personnages pour ne pas lui rendre l’enfant et lever pour elle toute possibilité de constituer un recours contre cette non-décision.
Mais l’effet le plus pervers est ailleurs; la décision provisoire se substitue à la décision urgente, rendue dans le secret. Qui consulte plus tard le dossier, est convaincu que la décision de placer l’enfant sous la tutelle du Jugendamt a été prise après l’audition de la mère par le tribunal.

Le cas de la mère polonaise de 1941 n’était nullement un cas isolé; plus de 160.000 enfants ont été spoliés “deutsch-legal” à leurs parents étrangers pendant le troisième Reich, exactement comme je viens de le décrire ici, c’est à dire en respect de la Loi allemande.
Pas plus que les cas de spoliation d’enfants sont des cas isolés dans l’Allemagne moderne.
A peu près 10% de tous les mineurs en Allemagne font l’objet chaque année d’une mesure de “protection” de la part du Jugendamt (c’est à dire Beistandschaft, Vormundschaft, Unterhaltvorschuss, etc..). Soit 1,4 million de mineurs.
Le nombre de mineurs arrachés en 2015 à leur famille par le Jugendamt (Inobutnahmen) pour, dans la plupart des cas, être germanisés de force, s’est élevé à 78.000 mineurs.
Le cumul de ces cas sur la période 2005 – 2015 s’est élevé à 430.000 mineurs.

Quel intellectuel voudrait au regard de cette preuve, affirmer que traiter les procédures de justice allemandes de procédures nazies serait une offense pour les Allemands?
Ne pas les traiter de ce qu’elles sont, à savoir de procédures en tous points identiques à la philosophie et l’idéologie nazie, pour ne pas froisser nos “amis” allemands – ceux qui nous volent nos enfants “deutsch-legal” – ne reviendrait-il donc pas au final à les protéger, parce qu’il serait interdit de dire la vérité?
Ne seraient-ce donc pas plutôt ces procédures et les mensonges des responsables politiques allemands qui les couvrent, qui constitueraient en eux-mêmes une grave offense à leurs victimes et à l’Union Européenne?

Le Jugendamt, mythe ou mystification?

Olivier Karrer
Paris

 

009 – Droit familial en Europe – Le choix crucial d’opposer le savoir aux mensonges de légalité allemande

 

DRAFT

Intellectuels et politiques non-allemands refusent d’affronter une réalité sociétale aux effets particulièrement toxiques pour l’Union Européenne: l’instrumentalisation de la justice familiale allemande à des fins politiques ultra-nationalistes et son application directe – au travers des règlements européens – dans les juridictions partenaires. Partagés entre la volonté de comprendre et celle de ne pas froisser leurs homologues allemands,  ils ne veulent se résoudre à la qualifier de nationale-socialiste, lançant ainsi le pire signal à l’adresse d’une élite allemande en quête de repères moraux venant de l’extérieur.

Je suis souvent surpris de constater le trouble, la gêne, voire l’hostilité de certains intellectuels et responsables politiques qui s’insurgent, lorsque je compare la politique familiale conduite par les gouvernements de la Chancelière Merkel et celle que menait le Gouvernement du Chancelier Hitler, sous le troisième Reich.

Certains se bloquent d’emblée et refusent de m’entendre: “Vous ne pouvez pas dire cela“, “Vous êtes trop radical“, “Vous êtes anti-allemand“, “C’est politiquement incorrect“, si ce n’est tout simplement: “Ce n’est pas vrai” , “C’est de la provocation gratuite” ou “C’est de la théorie du complot à la Karrer“.

D’autres vont encore plus loin. Germanophiles invétérés (parce qu’ils ont pris l’allemand en première langue en 4ème, puis ont eu un petit ami allemand), ils sont convaincus de bien connaitre l’Allemagne, parce qu’ils s’expriment à peu près correctement dans la langue de Goethe et que  les Allemands leur sont toujours apparus sympathiques et honnêtes au cours des échanges scolaires, universitaires, puis professionnels.
Ces germanophiles ne se rendent pas compte, combien ils sont les proies de prédilection du pouvoir allemand, dans sa démarche machiavélique de les utiliser pour leur faire dire ce qui sera  consigné aux actes et portera leur signature: “M. Karrer traite tous les Allemands de nazis“, “Les propos de M. Karrer nuisent à la résolution du problème“, “Les activités de M. Karrer sont la cause pour laquelle les parents ne voient pas leurs enfants” . Voilà en substance les propos tenus au Parlement Européen par le Député français du PPE, que j’avais chargé de négocier une résolution, après être revenu de son voyage à Berlin.
Ces germanophiles pro-européens (que je suis par définition, de par ma naissance!) ne perçoivent pas comment le pouvoir allemand exploite sciemment leur bonne-foi et/ou leur légèreté intellectuelle, pour faire d’eux les ambassadeurs dont il a besoin pour venir lénifier, au sein des institutions européennes, dans les cercles d’échange de juristes ou d’affaires, des pratiques allemandes qu’ils seraient censés dénoncer et combattre. Passées au filtre des demi-vérités allemandes, justes assez vraies pour ne pas être mensonges et suffisamment incomplètes pour ne pas éveiller le soupçon, ils ne les perçoivent pas comme criminelles.
La culture non-allemande dans laquelle ils ont baigné depuis l’enfance ne leur a pas appris à se méfier; Ils ne perçoivent pas le double jeu, le double langage, la stratégie du politique allemand, dont l’arrière-pensée est toujours en décalage avec son propos. Ils ne fleurent pas cet intense travail de psychologie allemande  (rhétorique, chantage verbal, questions fermées, situations aliénantes, propagande médiatique) qui les conditionne jour après jour et ne leur laisse au final d’autre issue que celle de dire oui à la volonté allemande: Pour avoir la paix, ne pas irriter, se mettre à l’abri du chantage incessant, des attaques et accusations induites dont ils font l’objet, s’ils adoptaient une position différente.
Cette pression psychologique influence si fort leur mode de penser, qu’ils reprennent à leur compte, et sans même se rendre compte, la tactique allemande de l’enfumage: Trouver le tiers ou le point de détail pour dérouter le débat et ne pas avoir à parler du problème de fond. Ou plus exactement de ne pas avoir à reconnaître l’existence même d’un problème,et donc pour ne pas avoir à le traiter, à le résoudre. Et surtout pour se dégager de toute éventuelle accusation de mauvaise foi ou de mauvaise intention. Mieux,  pour  montrer ostensiblement en façade la disponibilité  de résoudre le problème  tout en trompant encore un peu plus ses partenaires sur ses réelles intentions.

C’est ce schéma intellectuel que parlementaires non-allemands (en particulier les Français du PPE) appliquent, quand ils abordent la criminalité du système de la justice familiale allemande. Se faisant porte-paroles du pouvoir allemand – qui se prétend victime de mes accusations – ils déplacent le fond et l’origine d’un problème majeur (la nature criminogène des pratiques institutionnelles en Allemagne et leur exportation sans le filtre de l’exequatur dans les juridictions des autres Etats-membres ) sur un sujet annexe, sur une question de pure forme: la qualité des propos de M. Karrer.
Le fond du problème n’est plus l’objet de ma critique en soi  (à savoir la qualité national-socialiste des pratiques familiales allemandes modernes), mais la qualité des propos qui me servent à formuler ma critique à l’égard de ces pratiques.
Le problème n’est donc plus le système et ses effets dévastateurs pour ses innombrables victimes, auxquelles je me suis rallié pour les défendre et alerter l’opinion publique, mais la qualité de la formulation de mes critiques. Je suis devenu moi-même la source du problème aux yeux du pouvoir allemand.
Parce qu’en qualifiant le système familial de ce qu’il est, à savoir de national-socialiste, je crée un problème foncièrement abstrait pour qui n’est pas de culture allemande: Je crée des victimes qui n’existeraient pas – bien évidemment -, si je ne le qualifiais pas le système avec les TERMES APPROPRIES. Je crée MOI les victimes du national-socialisme moderne.

Mon refus d’accepter le chantage allemand d’édulcorer mes propos, de nommer un chat, un chien ou, peut-être ici de manière plus appropriée, un loup, un agneau, afin que les Allemands me concèdent la qualité d’interlocuteur agréé, en d’autres termes, mon refus catégorique d’astreindre mon langage aux demi-vérités allemandes pour ne pas travestir la qualification de ces pratiques, fait de moi, aux yeux du pouvoir  allemand, celui qui ne respecte pas la bonne règle allemande en Europe, celui avec qui on ne discute pas, celui qui est anti-européen, parce qu’anti-allemand, voire plus simplement le “kriminell” avec qui des députés non-allemands seraient bien inspirés de ne pas s’attarder, pour ne pas tomber à leur tour dans la disgrâce des penseurs universels.
Cet effet de diversion induit quasi naturellement le second effet recherché par  le pouvoir allemand : La division des victimes, les “pro Karrer” et les “anti Karrer“. D’un côté il y a ceux qui savent et de l’autre ceux qui ne savent pas. D’un côté les hérétiques du Kindeswohl, ceux avec qui on ne parle pas, parce qu’ils n’acceptent pas le chantage  (des actes criminels ne peuvent jamais faire l’objet d’une négociation, on les dénonce et on les punit) et de l’autre, les bienveillants, les germanophiles invétérés, ceux que l’on peut continuer à embrouiller et instrumentaliser.

Le débat change ici de niveau; il ne s’agit plus de critiquer le système en soi, mais de critiquer les critiques (victimes) de ce système, tout simplement parce qu’elles n’auraient pas le droit de le critiquer ou que le type de critiques utilisées ne serait pas conforme à la “Weltanschauung” (la manière de percevoir le monde) de l’establishment allemand (aux type de critiques autorisées par lui). Et de convaincre d’autres (de préférence des étrangers au sein des institutions européennes) de faire le travail, de les impliquer pour pouvoir se dégager par la suite de toute responsabilité et se mettre à l’abri de réactions hostiles ou d’indemnités. Une attitude qui ressemble étrangement à celle de l’establishment national-socialiste sous le troisième Reich, précisément celle qui est ici au coeur du débat.

Dans ces conditions, pourquoi intellectuels et politiques non-allemands refusent-ils d’affronter cette réalité de front? D’autant que ses effets sont particulièrement toxiques une Union Européenne: l’instrumentalisation de la justice familiale allemande à des fins politiques ultra-nationalistes et son application directe – au travers des règlements européens – dans les juridictions partenaires?
Pourquoi préfèrent-ils se fier aux mensonges de légalité allemande et à leurs idées préconçues sur un système de justice familiale allemand, dont ils ne doutent à aucun moment qu’il remplirait un fonction identique à celui qu’ils connaissent, plutôt que de s’astreindre à une réflexion en profondeur, à cet effort intellectuel sans lequel nul ne peut déchiffrer la finalité d’un système hautement complexe et scélérat?
Leur attitude qui consiste à taire, que ce soit par nécessité politique ou par ignorance, une escroquerie de très grande envergure, sert-elle plus la construction ou la déconstruction de l’Union Européenne?
Et le fait de comparer l’actuelle politique familiale allemande avec celle pratiquée sous le troisième Reich pour qui est-ce plus offensant, si offensant serait-il? Pour ceux qui la pratiquent ou pour ceux qui la subissent?
C’est cette idée – Karrer crée un problème qui n’existerait pas, s’il ne parlait pas – que le pouvoir allemand  veut faire valider par ces germanophiles ingénus, qui, se prêtant à ce jeu dont ils n’entrevoient même pas les conséquences,

Je me suis longuement interrogé sur le mode de pensée de ces intellectuels, politiques et juristes non-allemands, et j’ai cherché à comprendre l’origine et le fondement de leur attitude.

Sont-ils troublés par mes révélations, parce qu’ils ignorent la finalité réelle du système familial allemand et ses mécanismes dissimulés et que, n’ayant d’autres base de savoir que les connaissances  superficielles et imprécises qu’ils ont acquises et faites routine (c’est à dire auxquelles ils n’accordent pas la valeur de danger ou de  situation inattendue qui les obligeraient à réfléchir en profondeur), elles provoquent en eux une une dissonance cognitive si forte, qu’ils les rejettent en bloc?
Savent-ils que la finalité de la justice familiale allemande est de garantir que le lien de tout mineur avec son parent d’Etat “Jugendamt” ne soit jamais rompu? Et que cela passe nécessairement par la soustraction “deutsch-legal” du mineur à son ou à ses parents biologiques, quand ces derniers ne répondent pas aux critères du Kindeswohl?
Peuvent-ils donc imaginer que l’objet de la justice familiale allemande n’est pas de punir la soustraction de mineur, mais tout au contraire de l’organiser et de la pratiquer  légalement en générant tous les arguments nécessaires à la perpétration et la légalisation de ce crime?

Connaissent-ils donc si bien les Allemands, leur culture, leur façon de penser et d’agir,  qu’ils le prétendent?  Ne se sont-ils jamais interrogés sur la qualité, la véracité et la justesse des connaissances dont ils disposent sur le sujet, avant de s’autoriser à rejeter de but en blanc les faits et les réalités pourtant bien concrets, que je dénonce?

Ou se complaisent-ils peut-être dans cette paresse intellectuelle pour  repousser une angoisse profonde qu’ils ne veulent avoir à affronter? Mais dans un tel cas, sur quoi confortent-ils cette assurance qu’un troisième Reich ne pourrait se reproduire sous la forme d’un quatrième, d’un Reich économique, quand nos gouvernants étaient eux si sûrs, après la ratification du Traité de Versailles (1919) qu’un troisième Reich ne pourrait plus jamais poindre?
Savent-ils donc ce qui est écrit dans la Grundgesetz?  Savent-ils l’interpréter à sa vraie valeur, à la lumière des traductions souvent approximatives qui leur sont fournies? En comprennent-ils réellement les double-sens et tous ses sous-entendus au regard de l’histoire et de la volonté allemande? D’ailleurs, pourraient-ils les imaginer simplement envisageables – s’ils les connaissaient – au regard des valeurs qui fondent la culture dans laquelle ils ont grandi?

Ou bien sont-ils peut-être troublés parce qu’ils ne connaissent pas en détail l’histoire allemande et que de ce fait ils ne parviennent pas intellectuellement à établir une connexion concrète  entre  le fonctionnement de l’administration du troisième Reich et son gouvernement démocratiquement élu et le fonctionnement de l’administration  du gouvernement de Mme Merkel, tout aussi démocratiquement élu par le peuple allemand?
Dans leur esprit le troisième Reich ne serait-il pas exclusivement associé à la Wehrmacht et aux SS, à la guerre, aux dévastations et à la mort? Dans ces conditions, comment pourrait-il simplement effleurer à leur esprit l’idée que le Gouvernement de M. le Chancelier Hitler a été avant tout (ce qui a suivi) un gouvernement pacifique, souvent admiré par ses voisins, dans sa période 1933-1938? Une période qui lui a servi à mettre en place (à l’intérieur) le corset juridique (des lois incompréhensibles pour tout juriste non-allemand) nécessaire à tuer “deutsch-legal” le germe de toute  contestation. Allant même jusqu’à penser et organiser une entité politique locale “autonome” (qui se soustrait au contrôle judiciaire et parlementaire) pour utiliser l’enfant comme moyen de chantage afin d’asservir sans pitié les opposants politiques au nom de la “Volkswohlfahrt“,  du “voyage vers le bien-être du peuple” allemand. Cette organisation portait le nom de JUGENDAMT (prononcer: You-Gaine-Tammte). Elle est aujourd’hui comme hier le COEUR du système (de contrôle) social allemand.
Cette association mentale “troisième Reich  = Wehrmacht/SS” ne serait-elle pas elle aussi à l’origine d’un blocage intellectuel qui interdirait de pousser un peu plus loin la réflexion, et de comparer de manière objective le mode de fonctionnement de l’administration familiale sous le Chancelier Hitler (dans sa période 33-38) avec celui de l’actuel Gouvernement Merkel. En quoi l’administration du Reich différait-elle de celle que nous connaissons aujourd’hui? N’y avait-il pas sous le troisième Reich un gouvernement démocratiquement élu, un parlement, des tribunaux, des lois, des avocats et un Jugendamt?
Quels sont donc les éléments concrets qui pourraient justifier que l’on s’interdise de comparer les politiques familiales, leur mode de fonctionnement et leur finalité?  Et une fois cette comparaison aboutie d’en conclure que l’actuelle justice familiale allemande est nationale-socialiste, pire que le Jugendamt peut aujourd’hui étendre sa politique de spoliation à l’ensemble des juridictions européennes, sans que nul n’y puisse s’y opposer de manière effective (ni les parents, ni les Etats non-allemands).  mises en oeuvre par l’actuelle Chancelière allemande au sein de l’UE, et celle mise en place par le Chancelier d’alors au sein des différents Gau (pays intégrés au Reich)? Et pourquoi exclure d’emblée que le gouvernement de Mme Merkel et le plan de paix des Allemands pour l’Europe est peut-être tout aussi élaboré que celui mis au point par l’élite allemande dans les années 30, à un moment où intellectuels et politiques se croyaient à l’abri?

Ou bien ont-ils simplement honte de devoir avouer publiquement qu’ils

Quelle est l’attitude la plus anti-démocratique, la plus anti-européenne et la plus anti-allemande? La leur ou la mienne?

Celle de s’interdire la réflexion pour nier des réalités inquiétantes, en espérant que tout ira bien et que l’UE nous protégera, parce qu’il ne faudrait pas mécontenter une élite allemande, qui sait profiter de cette faiblesse pour étendre le corset judiciaire qui lui permet aujourd’hui déjà de tuer toute contestation en Europe (je rappelle que le CEED fait l’objet de très graves persécutions qui m’ont menées pour 4 ans de prison, dans le silence le plus total – voir en anglais: 008 – European Parliament – Committee on petition ).
Ou au contraire celle de chercher à comprendre les réalités et les procédures de  justice familiale en Allemagne pour dénoncer ces crimes de légalité allemande, parce qu’ils sont couverts de la même légalité que celle du troisième Reich, afin de livrer au peuple allemand lui-même les armes de la jurisprudence européenne nécessaires (CEDH, CJE, voire CPI) pour combattre de l’intérieur des élites, qui au regard de la politique du Jugendamt pratiquée en Allemagne et en Europe (au travers des règlements européens) montrent aujourd’hui un comportement clairement national-socialiste?

et la levée de l’efficience des moyens de recours légaux pour les innombrables victimes, au côté desquelles je me suis placé pour sensibiliser l’opinion publique internationale.

 

 

 

004- EUROPEAN PARLIAMENT Committee on Petitions and the shadow overparent JUGENDAMT (You-Guenn-Taamt)

Dears friends,

Since years we have been trying to get political support from non-german governements and non-German institutions, specifically from the EUROPEAN PARLIAMENT, to focus international public attention on the activities of the German JUGENDAMT (pronounce: You-Guenn-Taamt).

The JUGENDAMT is a non democratic, nationalistic, political entity, which is hostile to the principles of a non-German Europe. It’s purpose is to guide secretly any german law procedures, in order to set children under German political control, to keep your labor force (yours and this of your children), your ressources, your patrimony and finally your legacy in Germany.

Heavily persecuted by German administration, we managed finally with lot of difficulties to convince the European Parliament – in the third legislature – to investigate on the matter. Unfortunately the German representatives try once more  to impede any democratic investigation.

Therefore I beg you to help us – and help yourself doing so – to put pressure on the committee of petition (PETI), using a modern democratic weapon, mail bombing, to convince all non-German representatives to investigate on the topic, even if it does displease to their German colleagues.

Please read, copy and SEND per email following LETTER to all non-German representatives of the PETI committee.
(the list of email addresses is at the bottom of this letter)

Olivier Karrer
Paris

—————-
HEADER: Jugendamt – Hearing of the experts by the “working group”

Dear Sir, Dear Madam,

Please allow me to address myself to you, as an European citizen and voter. Since decades too many of us, parents, have been struggling against a German family SYSTEM, placed under the close control of the JUGENDAMT (pronounce: ‘You-Guenn-Taamt’). We had to face an omnipotent political system, which did not leave us the least chance to get equity, justice or liberty.

Those of us, who have stood up and opposed this system, like i.e. Mr. Olivier Karrer and Mrs. Dr Marinella Colombo, have been persecuted and condemned. They were jailed to put them to silence. Notwithstanding the problem has remained. As shown by the hundreds of petitions sent to the European Parliament, which remained in suffering.

The Committee on Petitions (PETI ) of the European Parliament has decided to establish a “Working Group” on this issue. This one should meet experts to understand plainly the basics of a system and the billions of Euros that are at stake.

Nonetheless, the few non-german experts on the topic are precisly those parents who have been persecuted. Their knowledge is the very reason of their harassement by German authorities.

This working group decided time ago, that Dr MARINELLA COLOMBO should be one of these experts. After political pressure from German side, it seems that it has renounced to investigate further and refuses to invite her for a hearing.

Under such circumstances, how should you, as a non-German representative, understand the JUGENDAMT system, if the few people able to explain its multiple hidden proceedings, will be put a second time to silence? This is why I address myself to you.

German administration should not longer build on the ignorance of their non-German counterparts to pretend a sovereignty in family law matter, when the arbitrarian and nationalistic decisions of its JUGENDAMT have a direct impact over EC regulations 2201/2003, 4/2009 and 650/2012 in the non-German jurisdictions.

I kindly urge you, Dear Sir, Dear Madam, to support a hearing of Dr MARINELLA COLOMBO within the above mentioned Working Group. Even if this could displease to your German colleagues.

Waiting forward to get your confimation,
I remain with kind regards,YOUR PLACE:
YOUR NAME:

————–

LIST OF ALL MEMBERS OF THE COMMITTEE ON PETITION OF THE EU PARLIAMENT marco.affronte@europarl.europa.eu; laura.agea@europarl.europa.eu; tim.aker@europarl.europa.eu; marina.albiol@europarl.europa.eu; margrete.auken@europarl.europa.eu; beatriz.becerra@europarl.europa.eu; heinzk.becker@europarl.europa.eu; mara.bizzotto@europarl.europa.eu; soledad.cabezonruiz@europarl.europa.eu; enrique.calvetchambon@europarl.europa.eu; alberto.cirio@europarl.europa.eu; andrea.cozzolino@europarl.europa.eu; pal.csaky@europarl.europa.eu; miriam.dalli@europarl.europa.eu; rosa.estaras@europarl.europa.eu; eleonora.evi@europarl.europa.eu; elisabetta.gardini@europarl.europa.eu; lidiajoanna.geringerdeoedenberg@europarl.europa.eu; michela.giuffrida@europarl.europa.eu; sylvie.goddyn@europarl.europa.eu; takis.hadjigeorgiou@europarl.europa.eu; daniel.hannan@europarl.europa.eu; marian.harkin@europarl.europa.eu; anja.hazekamp@europarl.europa.eu; gyorgy.holvenyi@europarl.europa.eu; carlos.iturgaiz@europarl.europa.eu; peter.jahr@europarl.europa.eu; rikke.karlsson@europarl.europa.eu; jude.kirton-darling@europarl.europa.eu; urszula.krupa@europarl.europa.eu; kostadinka.kuneva@europarl.europa.eu; miltiadis.kyrkos@europarl.europa.eu; svetoslav.malinov@europarl.europa.eu; notis.marias@europarl.europa.eu; edouard.martin@europarl.europa.eu; roberta.metsola@europarl.europa.eu; marlene.mizzi@europarl.europa.eu; jozsef.nagy@europarl.europa.eu; javier.nart@europarl.europa.eu; victor.negrescu@europarl.europa.eu; victor.negrescu-office@europarl.europa.eu; demetris.papadakis@europarl.europa.eu; julia.pitera@europarl.europa.eu; gabriele.preuss@europarl.europa.eu; laurentiu.rebega@europarl.europa.eu; julia.reda@europarl.europa.eu; michele.rivasi@europarl.europa.eu; sofia.sakorafa@europarl.europa.eu; sven.schulze@europarl.europa.eu; josep-maria.terricabras@europarl.europa.eu; eleni.theocharous@europarl.europa.eu; laszlo.tokes@europarl.europa.eu; yana.toom@europarl.europa.eu; elena.valenciano@europarl.europa.eu;

Please think to send this letter to your contact list, so that they could help us in their turn. Thanks

003- Parlement Européen – JUGENDAMT allemand (You-Gaine-Tammte)

Chers amis,
Depuis des années nous tentons de convaincre les gouvernements non-allemands, ainsi que le Parlement européen, de mettre en place une enquête internationale sur les pratiques manifestement hostiles du JUGENDAMT allemand (prononcer: “You-Gaine-Tamte”) .Le JUGENDAMT est une entité politique locale, omnipotente, nationaliste et non démocratique. Elle est contraire aux principes d’une Europe NON-ALLEMANDE.
Elle manipule les procédures de droit familial dans le but de placer nos enfants sous contrôle politique et conserver – au travers eux – notre force de travail et celle de nos enfants, nos richesses, notre patrimoine et finalement nos héritages, dans le pays.

Lourdement persécutés par l’administration allemande, ce n’est qu’avec grandes difficultés que nous sommes parvenus à faire accepter – à la TROISIEME législature – du Parlement Européen de se pencher sur le sujet.

Mais une fois de plus le pouvoir allemand tente d’empêcher que la lumière soit faite sur ce monstre terrifiant. Le sujet DOIT être discuté au sein du Parlement Européen !  Aidez-nous à faire pression sur la Commission des Pétitions (PETI) pour qu’elle s’oppose à la volonté allemande d’imposer sa Loi à toute l’Europe et de ne surtout jamais débattre de sujets qui n’iraient pas dans son sens. Nous parlons ici de criminalité institutionnelle. et de dizaines de milliers de cas. Il s’agit d’un SYSTEME puissamment dissimulé.

Veuillez lire, puis copiez et envoyez par courriel la lettre ci-dessous aux députés de la Commission PETI, pour qu’ils imposent leur volonté aux députés Allemands.
Le Parlement Européen ne peut plus rester l’antichambre de Berlin.
(La liste des adresses emails est à la suite de la lettre)

Olivier Karrer
Paris
—————–

OBJET : Jugendamt – Audition des experts du groupe de travail (à coller dans la barre des titres de votre email)

Madame, Monsieur le Député,

Je m’adresse à vous en qualité de citoyen et d’électeur européen.
Depuis des décennies, de trop nombreux parents ont du se battre contre un système familial placé sous le contrôle du JUGENDAMT (prononcez:’You-Gaine-Tammte’) en Allemagne. Confronté à cette entité de l’ombre omnipotente, un parent n’a absolument aucun espoir d’obtenir justice et équité.

Ceux qui ont tenté de s’y opposer avec détermination, comme par exemple M. Olivier Karrer ou Mme Marinella Colombo, ont été et sont lourdement persecutés. Ils ont été condamnés et emprisonnés, ceci afin de les réduire au silence. Nonnobstant, le problème demeure. Ce que démontre les centaines de pétitions (recevables) sur le sujet, en souffrance de traitement.

La Commission des Pétitions du Parlement européen (PETI) a décidé de créer un groupe de travail, avec pour mission de rencontrer des experts. Il s’agit de comprendre à fond le système et les centaines de milliards qui sont en jeu.
Or, il s’avère que les quelques experts en la matière, sont précisément ceux qui ont été poursuivis par les autorités allemandes. Car leur savoir est la raison profonde des poursuites dont ils ont fait l’objet.

Le groupe de travail sus-cité avait choisi d’entendre Mme la Dr. Marinella Colombo en qualité d’expert. Il semblerait qu’il refuse aujourd’hui de l’inviter, sur indications allemandes.

Dans ces conditions, comment pourriez-vous, Vous représentant parlementaire non-allemand, comprendre et nous aider à résoudre le problème que pose le système JUGENDAMT à l’Europe, si ceux qui l’ont décrypté, sont de nouveau interdits de parole?
C’est la raison pour laquelle je m’adresse à vous.

Je vous prie de bien vouloir appuyer l’audition de Mme Colombo au sein de ce groupe de travail de la Commission des Pétitions. Et même si cela devait aller à l’encontre de la volonté de vos collègues allemands. Je vous remercie.

Dans l’attente de votre confirmation, veuillez agréer l’expression de mes salutations distinguées.
Lieu, Pays , Date
Prénom et Nom (à préciser dans votre email)
———LISTE DES EMAILS DE LA COMMISSION PETI
marco.affronte@europarl.europa.eu; laura.agea@europarl.europa.eu; tim.aker@europarl.europa.eu; marina.albiol@europarl.europa.eu; margrete.auken@europarl.europa.eu; beatriz.becerra@europarl.europa.eu; heinzk.becker@europarl.europa.eu; mara.bizzotto@europarl.europa.eu; soledad.cabezonruiz@europarl.europa.eu; enrique.calvetchambon@europarl.europa.eu; alberto.cirio@europarl.europa.eu; andrea.cozzolino@europarl.europa.eu; pal.csaky@europarl.europa.eu; miriam.dalli@europarl.europa.eu; rosa.estaras@europarl.europa.eu; eleonora.evi@europarl.europa.eu; elisabetta.gardini@europarl.europa.eu; lidiajoanna.geringerdeoedenberg@europarl.europa.eu; michela.giuffrida@europarl.europa.eu; sylvie.goddyn@europarl.europa.eu; takis.hadjigeorgiou@europarl.europa.eu; daniel.hannan@europarl.europa.eu; marian.harkin@europarl.europa.eu; anja.hazekamp@europarl.europa.eu; gyorgy.holvenyi@europarl.europa.eu; carlos.iturgaiz@europarl.europa.eu; peter.jahr@europarl.europa.eu; rikke.karlsson@europarl.europa.eu; jude.kirton-darling@europarl.europa.eu; urszula.krupa@europarl.europa.eu; kostadinka.kuneva@europarl.europa.eu; miltiadis.kyrkos@europarl.europa.eu; svetoslav.malinov@europarl.europa.eu; notis.marias@europarl.europa.eu; edouard.martin@europarl.europa.eu; roberta.metsola@europarl.europa.eu; marlene.mizzi@europarl.europa.eu; jozsef.nagy@europarl.europa.eu; javier.nart@europarl.europa.eu; victor.negrescu@europarl.europa.eu; victor.negrescu-office@europarl.europa.eu; demetris.papadakis@europarl.europa.eu; julia.pitera@europarl.europa.eu; gabriele.preuss@europarl.europa.eu; laurentiu.rebega@europarl.europa.eu; julia.reda@europarl.europa.eu; michele.rivasi@europarl.europa.eu; sofia.sakorafa@europarl.europa.eu; sven.schulze@europarl.europa.eu; josep-maria.terricabras@europarl.europa.eu; eleni.theocharous@europarl.europa.eu; laszlo.tokes@europarl.europa.eu; yana.toom@europarl.europa.eu; elena.valenciano@europarl.europa.eu;Et pensez à envoyer votre courriel à votre liste d’amis, pour qu’ils nous soutiennent à leur tour. Merci.